Landing page e-commerce

Chaque landing-page de votre e-commerce doit répondre aux différents stades de réflexion du client. Chaque niveau équivaut à une étape de conversion. 

La proposition est simple : chaque étape du tunnel de conversion doit être traduite par une landing page spécifique. Tout est intimement lié : la navigation dans votre e-commerce, le processus d’achat et la profondeur des pages.

Une landing page par étape de conversion

Dans notre travail de tous les jours, nous utilisons ce modèle de tunnel de conversion :

  1. Considération
  2. Comparaison
  3. Conversion

Ce modèle s’adapte à tous les aspects de l’écriture et du marketing web. Il convient donc naturellement à la construction de landing pages pour un e-commerce. À chaque stade de conversion équivaut un ton particulier, une approche SEO et un nombre de mots.

Pour la démonstration, nous allons imaginer un e-commerce spécialiste dans la vente de voyages. Ici, précisément, des croisières.

Niveau 1 d’une landing page e-commerce

L’étape de la considération est évidemment l’étape la plus cruciale. En construisant une landing-page de niveau 1, vous devez voir large. Nous sommes au sommet de l’entonnoir : les visiteurs arrivent, mais ils ne sont pas encore certains du produit qu’ils recherchent.

Dans notre e-commerce, cela correspond à la Landing Page « Croisière ». Le ton est générique, rassurant. Vous travaillez votre UVP et vos USP en fonction. Vous défendez les valeurs de votre marque pour que les visiteurs se sentent en confiance et cliquent plus loin.

Dans cette page, vous levez le voile sur vos landing-page de niveau 2.

Considération : quels mots clés utiliser ?

Les mots clés que vous utilisez seront également génériques, pour tenter d’attirer un maximum de personnes. C’est sur cette page que vous fournissez le plus de mots : 1200 mots dans un texte SEO optimisé.

Ici, on positionnera la landing-page sur « Voyage en bateau », « Croisière de luxe » … Ces mots clés correspondent à un fort volume de recherche par mois. Mais nous ne pouvons pas nous contenter de ces mots clés génériques.

Il faut commencer à utiliser des requêtes secondaires, reprenant les termes de nos landing pages plus profondes. Par exemple : « Croisière de luxe en Méditerranée », « Voyage en bateau en Norvège »

Niveau 2 : la comparaison

Cette étape du tunnel de conversion est certainement la plus longue. À ce stade, le prospect est en réflexion constante : il recherche plus d’informations. Il compare vos produits entre eux et avec vos concurrents. L’entonnoir se resserre, il faut donc rentrer dans le concret.

Une landing-page e-commerce de niveau 2 équivaut donc à créer une page  » Croisière de luxe en Méditerranée ». Dans cette page, vous proposez donc à votre prospect de découvrir toutes vos croisières en Méditerranée.

Vous levez le voile sur les landing-pages de niveau 3.

Comparaison : quid du SEO ?

Vous devez utiliser des mots clés pour comparer :

  • Vos produits de la même catégorie
  • Vos produits avec vos concurrents

Votre texte SEO optimisé doit atteindre les 950 mots.

Niveau 3 d’une landing page e-commerce

Le prospect est prêt à devenir client. Il a été guidé, convaincu et s’apprête à acheter. Il est au moment de la conversion. À ce stade, la landing-page de niveau 3 est une fiche produit. Vous reprenez l’UVP et les USP de votre produit spécifique.

Nous sommes au bout de l’entonnoir : le prospect ne doit pas être distrait par d’autres choses. Votre landing page de niveau 3, qui équivaudrait à « Croisière de luxe en Méditerranée dans les Cyclades », n’a qu’un seul objectif : le client doit cliquer sur le bouton « Je réserve ».

SEO et conversion

Les mots clés sont extrêmement spécifiques. « Croisière de luxe en Méditerranée Cyclades », par exemple, équivaut à ce qu’on appelle la longue traine. Ces mots clés correspondent aussi à un client plus mature dans sa réflexion.

Vous devez donc positionner vos landing pages de niveau 3 sur des requêtes extrêmement ciblées. Votre texte doit contenir 600 mots SEO optimisés.

Construire une landing page e-commerce

Lors de la construction d’une landing page, deux visions peuvent s’affronter :

  • L’équipe e-commerce : pour elle, les produits doivent se positionner en haut de page. L’objectif est le clic, le clic, le clic.
  • L’équipe marketing : pour elle, le texte et les mots sont les plus importants. L’objectif est d’accompagner le visiteur par la parole de la marque.

Il faut pouvoir ménager la chèvre et le chou. Dans une landing page e-commerce bien conçue, les deux visions trouvent un point d’entente. On parle alors de « top text » et de « bottom text ».

Top text

Comme son nom l’indique, ce texte se trouve en haut des produits. Il contient votre H1, votre chapô, un texte avec un H2 qui reprend les bénéfices de votre produit et enfin l’UVP de la marque.

Sa longueur diffère selon le stade de conversion :

  • Niveau 1 : 200 mots
  • Niveau 2 : 150 mots
  • Niveau 3 : 100 mots

Bottom text

Ce bottom text est très fourni et se positionne après vos produits. Il développe les éléments que vous annoncez dans le top text. C’est à ce moment que vous engagez tous vos bénéfices et que vous travaillez sur les 3 niveaux du discours de la marque : transaction, inspiration et relation.

La longueur d’un bottom text :

  • Niveau 1 : 1000 mots
  • Niveau 2 : 800 mots
  • Niveau 3 : 500 mots

Pour résumer :

Une landing page e-commerce doit répondre au stade de maturité de votre prospect. Elle sera optimisée avec des mots clés de courte, moyenne et longue traine. Elle conjuguera les volontés des différentes équipes de votre entreprise : vendre et expliquer, montrer et rassurer.

Le but ultime ? Une conversion, belle et nette, qui transformera votre prospect en client !

Vous aimeriez connaître d’autres bonnes astuces pour maximiser la conversion ? Découvrez notre offre de création de landing pages !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos articles chaque mois, comme près de 7000 curieux.

Stratégie de Contenu Web, la revanche de l’éditorial

Paru en 2010 et réédité en 2014, l’ouvrage « La stratégie de contenu Web – la revanche de l’éditorial » est disponible au format e-book. Devenez un pro en content marketing : achetez votre exemplaire !

Études de cas

Retrouvez nos études de cas. Alimentation, banque et assurance, services, logiciel, tourisme, e-commerce, tous les secteurs nous sollictent.

Un conseil, du contenu, un devis? On vous rappelle!

En complétant ce formulaire, vous acceptez de recevoir des informations relatives aux services proposés par Wearethewords. Vous pourrez bien sûr vous désabonner à tout moment.

Écrire pour le web

Notre blog Écrire pour le Web couvre depuis 2006 tous les sujets liés aux contenus et canaux Web! Près de 30.000 sessions par mois.

Formations Wearethewords

Sollicitez nos prestations en assistance éditoriale, pour un ROI immédiat. Découvrez notre offre de formations généralistes ou sur mesure.