Où mettre le call to action dans votre page Web?

Le call to action ne se place pas n’importe où sur une landing page. Pour augmenter vos chances de transformation, voici où placer votre call to action.

Les landing pages sont essentielles pour booster le taux de transformation sur votre site. Et l’élément principal de la landing page est bien le call to action (CTA). C’est-à-dire l’action que vous voulez amener vos visiteurs à effectuer après qu’ils sont arrivés sur votre landing page. Nous allons voir ici comment déterminer le bon emplacement du call to action afin d’optimiser le design de votre page et augmenter vos chances de clics.

Le design du Call To Action (CTA)

Intéressons-nous dans un premier temps aux différentes approches pour l’emplacement et la mise en forme du CTA afin de créer un bouton qui incite à l’action. Cette technique englobe deux concepts que votre call to action devra absolument respecter.

  • Être court et percutant.
  • Décrire exactement ce qui se passera après le clic.

Dans l’exemple ci-dessous, vous pouvez voir qu’en utilisant une description plus longue dans le CTA, vous devrez aussi utiliser un plus gros bouton pour accueillir le texte supplémentaire. Ce n’est pas une mauvaise chose. Mais ce n’est pas toujours possible selon votre design global.

 

 

 

Comment concevoir un call to action

Exemple de call to action avec texte

 

 

La technique idéale est de diviser le CTA en deux parties : un message primaire et un message secondaire.

  • Le premier message soutenant le second. Les exemples 2 et 3 montrent des approches différentes à ce sujet.
  • Avec le message secondaire à l’intérieur du bouton dans un cas, et à l’extérieur dans l’autre. Le choix de l’emplacement vous revient.
  • Les deux derniers exemples sont tous deux plus efficaces que le premier exemple pour véhiculer votre message sans casser le design.

Choisir le bon emplacement du call to action

Placer votre call to action dans la partie supérieure de la page reste le choix d’emplacement le plus répandu. Cependant, cela peut revenir à attendre trop de quelqu’un qui vient juste d’arriver sur votre page. Une alternative consiste à créer une mini landing page contenant les éléments essentiels de votre page. Le tout empaqueté dans un bloc de contenu placé dans la partie supérieure. Ensuite, tout le contenu de soutien peut apparaître en dessous pour ceux qui veulent en savoir plus pour être convaincu de l’objectif de la page.

CTA en haut de page – Les 5 étapes à respecter

Pour créer cette mini landing page en haut de page, il faut respecter les 5 étapes décrites ci-dessous.

 

Conception d'un écran above the fold

1. Un titre percutant, concret. C’est le genre de titre qui vous stop net lorsque vous le voyez dans un kiosque à journaux dans la rue. Le titre est un élément clé du design de votre mini landing page. Il doit être court et donner envie au visiteur de rester pour en savoir plus. N’hésitez pas à utiliser une belle police de caractère et un peu de majuscule. Optez pour une couleur bien visible et du gras pour la faire ressortir davantage. La taille de la police doit aussi être plus grande que le reste du contenu.

2. Un sous-titre qui étaie la proposition du titre. Cela vous permet d’une part de garder votre titre court et percutant. Et d’autre part de fournir une information supplémentaire, qui rendrait votre titre trop long si elle était incluse directement. Le sous-titre doit être un peu moins voyant que le titre principal. Cela permet de créer de l’harmonie dans le design et de garder une certaine logique.

3. Une accroche qui résume la promesse. Ici vous décrivez succinctement la proposition de valeur unique de votre produit ou service. Le visiteur jette un œil à cet emplacement pour savoir quel intérêt il a à acheter chez vous. Soyez bref et mettez en avant des avantages capables de faire la différence avec la concurrence.

4. 3 à 5 bénéfices utilisateur. Indiquez les principaux avantages pour l’utilisateur à acheter ce produit/service. Pour décrire ces bénéfices, partez d’une caractéristique/fonctionnalité et isolez l’avantage que cette fonctionnalité procure à l’utilisateur. Ce faisant, il peut se projeter concrètement dans la solution.

5. Un call to action décrivant exactement ce que l’utilisateur va obtenir en effectuant l’action demandée. Le CTA doit être étroitement lié au titre pour renforcer l’objectif de la page. Si le titre parle par exemple « d’une machine à laver révolutionnaire », proposez au client de télécharger une fiche produit plus détaillée en cliquant sur le CTA. Il sera ainsi plus prédisposé à cliquer pour en savoir plus sur cette fameuse machine.

6. Un click trigger. Incitez les gens à cliquer sur le call to action en ajoutant un déclencheur. L’urgence, la personnalisation, la rassurance sont des déclencheurs. Vous pouvez par exemple inclure une limite de temps ou de stock disponible. Une offre spéciale comme un rabais peut aussi inciter au clic.

En suivant ces conseils, vous pourrez créer une véritable mini-expérience en haut de page. Ce qui peut grandement améliorer vos chances de transformation. Faites attention au design et à l’emplacement de chaque composante. L’ensemble devant être harmonieux et agréable à regarder.

CTA en bas de page

Vous vous souvenez probablement du concept marketing appelé AIDA ?

AIDA signifie : Attention, Intérêt, Désir, Action. Ce concept est basé sur l’idée qu’un visiteur progresse à travers une série d’étapes linéaires dans son processus de prise de décision. Le template ci-dessous illustre ce concept. Et c’est un bon exemple de placement du CTA en bas de page. Le visiteur tombe naturellement dessus une fois qu’il a suivi la progression de votre landing page.

Où mettre le call to action en bas de page

Décomposons le template pour voir comment il suit les principes de l’AIDA.

ATTENTION : Vous captez l’attention de votre visiteur avec un titre très pertinent et percutant. Il faut qu’il soit bien visible et court. C’est la porte d’entrée de votre landing page. Alors prenez le temps de bien le composer.

INTÉRÊT : Grâce à l’utilisation de la vidéo, vous gagnez l’intérêt de votre visiteur. Bien entendu, ce doit être une vidéo intéressante qui met en avant votre produit ou service.

DESIRE : Le désir est créé grâce à l’énumération de fonctionnalités et d’avantages attrayants répondant aux besoins du visiteur. Choisissez les avantages clés de votre offre pour donner envie au visiteur de continuer jusqu’à votre call to action.

ACTION : Un call to action fort vient compléter l’histoire, après que votre visiteur ait été convaincu que votre solution répond à ses besoins. Dans ce cas, le call to action utilise le contraste et la couleur, et définit ce que le visiteur obtiendra en cliquant sur le bouton. Il y a un petit message supplémentaire qui vient en renfort au CTA sur la page. C’est un bon moyen de motiver un peu plus le visiteur, sans altérer le design du CTA.

Si vous pouvez transformer votre message en une histoire, alors l’approche AIDA peut être un moyen très efficace de construire votre landing page. Encore une fois, le choix de l’emplacement des différentes parties est très important, de même que le design d’ensemble. Au premier coup d’œil, la page doit donner envie de la découvrir !

Conclusion

Pour créer une bonne landing page, avec un beau design, vous devez faire en sorte que votre call to action soit succinct, précis et suffisamment percutant pour inciter le visiteur à cliquer. Ensuite vous avez le choix de l’emplacement. Vous pouvez placer votre CTA en haut de page, ou le placer en bas de page. Dans les deux cas il y a des étapes à respecter, comme vous avez pu le voir dans cet article.

Voilà, vous savez maintenant comment optimiser votre call to action pour booster le taux de conversion de votre landing page !




Commentaires

  1. Benoit Arson dit :

    Bonjour,

    L’application de la méthode AIDA aux landing pages est pertinente, mais je suis moins certain que cela convienne pour l’attention.
    En effet, les internautes n’arrivent pas par hasard sur une landing page.
    Leur attention a été captée auparavant par une publicité ou un post sur les réseaux sociaux ou le contenu d’un emailing. Comme l’attention de l’internaute est déjà acquise, la landing page n’a pas à attirer l’attention mais la maintenir et de manière immédiate, dès le titre, susciter l’intérêt de l’internaute.

    Ne créez pas votre landing page sans savoir ce qu’il se passe juste avant, sans savoir ce qui a capté l’attention des personnes qui arrivent sur la landing page. Vous créerez une landing page plus en accord avec ce qui est attendu par les internautes.

    Benoit Arson
    GetLandy

    1. Muriel Vandermeulen dit :

      Merci Benoît pour votre commentaire. Cependant, je ne serais pas aussi catégorique. Deux éléments de réponse: le SEO et le taux de rebond. 1. Le SEO: certaines (bonnes, je précise) agences SEO nous invitent à optimiser nos landing pages opportunistes (amenées à être en ligne plusieurs mois) également pour le SEO, en y intégrant aussi du contenu inspirationnel et pas que transactionnel. Ce qui permet d’attirer un trafic naturel. L’attention est donc essentielle. 2.Il me semble risqué, pour ne pas dire présomptueux, de croire que parce que l’internaute a cliqué sur un lien d’un e-mail ou d’une pub, ou d’un post Facebook, qu’il ne faut pas, dès le micro-contenu d’appel (titre et chapô) les rassurer sur le fait qu’ils ont bien atterri là où il faut, sur la bonne page. Et donc recadrer leur attention nous semble parfaitement adapté, pour réduire un taux de rebond potentiel, qui serait suscité par le fait, précisément, qu’on croit acquise cette cible au prétexte qu’elle a cliqué. En témoignent les indicateurs de satisfaction des internautes sur les résultats de recherche de Google. Ils ont fléchi depuis deux ans, aux USA, notamment (où les chiffres sont clairs). Parce que les métadonnées sont optimisées pour le marketing, mais que la promesse derrière n’est pas tenue. Ce n’est pas pour rien qu’on conseille de commencer par la proposition de valeur. Le principe de déterritorialisation nous invite à recanaliser l’attention sur la proposition. Au plaisir d’échanger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos articles chaque mois, comme près de 7000 curieux.

Stratégie de Contenu Web, la revanche de l’éditorial

Paru en 2010 et réédité en 2014, l’ouvrage « La stratégie de contenu Web – la revanche de l’éditorial » est disponible au format e-book. Devenez un pro en content marketing : achetez votre exemplaire !

Études de cas

Retrouvez nos études de cas. Alimentation, banque et assurance, services, logiciel, tourisme, e-commerce, tous les secteurs nous sollictent.

Un conseil, du contenu, un devis? On vous rappelle!

Écrire pour le web

Notre blog Écrire pour le Web couvre depuis 2006 tous les sujets liés aux contenus et canaux Web! Près de 30.000 sessions par mois.

Formations Wearethewords

Sollicitez nos prestations en assistance éditoriale, pour un ROI immédiat. Découvrez notre offre de formations généralistes ou sur mesure.