Comment éviter un taux de rebond élevé

Un taux de rebond élevé peut s’expliquer par une stratégie inbound marketing trop ou pas assez présente. Découvrez huit autres causes dans cet article.

Dans le marketing digital, la notion de taux de rebond est un indicateur important pour comprendre la bonne santé de votre site internet. Il correspond au pourcentage de visiteurs qui sont venus sur votre site et qui en sont ressortis aussi sec. Ces internautes n’ont cliqué sur rien, pas une rubrique, pas un lien sortant.

On admet généralement qu’un taux de rebond élevé est un « mauvais » signe, surtout s’il s’agit de pages qui commencent votre tunnel de conversion (landing page, page d’accueil).

Attention cependant : certains cas de figure peuvent expliquer des taux de rebond élevés sans que cela n’entache votre stratégie ni votre bonne santé digitale.

Analyser un taux de rebond élevé

Détendez-vous, prenez une feuille blanche et tracez un cercle. Divisez ce cercle en trois. Annotez ces camemberts des mots suivants : « Rédactionnel », « Esthétique », « Technique ». Vous avez la base de votre réflexion.

Ces points correspondent aux trois environnements particuliers que partagent tous les sites internet. Il faut analyser un taux de rebond élevé comme on analyse un site web en construction ou en restructuration.

L’important ? Être impartial dans son analyse. Vous pouvez mener cette étude en interne, ou la confier à une agence de content marketing et stratégie de contenu.

1- Le contenu et l’inbound marketing

“Content is king” a dit Bill Gates. Le contenu doit être R.O.I. (RetOur sur Investissement). Le travail du contenu doit être en adéquation avec un usage raisonné de l’inbound marketing.

Notre analyse d’un taux de rebond élevé, sur le plan rédactionnel et inbound marketing, peut s’expliquer en trois axes centraux :

1. Un contenu rédactionnel clair

On revient là aux bases de la rédaction web – et aussi à ce que l’on appelle la rédaction claire. Mes écrits sont-ils clairs et adaptés à un lectorat large ?

L’architecture de l’information est primordiale dans ce monde du contenu. Il faut mettre en relation cette architecture logique avec l’impatience du lecteur. Le web se lit comme un épisode de Colombo : on connaît le meurtrier dès le début, et on développe ensuite.

2. Une stratégie éditoriale qui répond à la demande

Mon contenu répond-il aux attentes des prospects qui arrivent sur mon site? Ma stratégie éditoriale est-elle au point? Ai-je correctement identifié mes personas, leurs problèmes? Est-ce que mon contenu apporte une solution aux « souffrances » de mes lecteurs?

Ce point s’analyse aussi via différents prismes : le relationnel, l’inspirationnel et le transactionnel. Un site trop transactionnel pourrait, par exemple, rebuter des prospects potentiels.

3. Une stratégie d’inbound marketing au point

Restons un moment dans cet aspect transactionnel. Dans la mise en place d’une stratégie d’inbound marketing, on s’appuie sur un solide tunnel de conversion. Ce tunnel doit transformer, en douceur, un prospect en client.

Un taux de rebond élevé peut être expliqué par un tunnel de conversion mal réglé. Le site pourrait, par exemple, amener le prospect à un stade final de conversion sans l’avoir accompagné de manière assidue.

Ou, au contraire, le site partirait dans toutes les directions, sans stratégie globale d’inbound marketing. La confusion et l’imprécision ne jouent pas en votre faveur !

2- L’esthétique et le graphisme

Au niveau de l’esthétique et du graphisme, on touche aux sensibilités personnelles : le Goût et le Beau. Et nos jugements en terme de beauté et d’esthétique sont souvent binaires : j’aime / j’aime pas.

Peu importe la qualité de navigation, peu importent les messages. Le site est moche ? C’est négatif. La représentation graphique de votre site, c’est votre vitrine. Pensez comme un commerçant qui a pignon sur rue : sa vitrine, si elle n’est pas achalandée, jolie, vendeuse, n’attirera jamais le chaland.

Des axes de réflexion :

1. Un graphisme au goût du jour

Au goût du jour ne veut pas dire intemporel. Selon vos moyens, mieux vaut viser sur un style sur et impactant. Attention ceci dit : la qualité graphique de votre site peut décider ou non à un prospect de le quitter. Mais votre site ne doit pas être QUE esthétique. Il doit répondre aux attentes, aux questionnements des visiteurs.

2. Une stratégie iconographique bien ficelée

Ai-je mis trop de photos ? Ou pas assez de photos ? Quelles sont les résolutions de mes photos ? Apportent-elles un plus à ma communication globale ? Sont-elles en adéquation avec mon message et les symboles que je veux partager ? 

Nous conseillons d’élaborer, dès le début du projet, une sémiologie. Qu’est-ce que c’est ? C’est un document sur lequel vous reprenez les principaux thèmes que vous voulez aborder. Vous écrivez aussi les émotions à susciter, le message que vous voulez ancrer dans la tête de votre visiteur. Tous ces mots, vous les transformez alors en univers iconographique.

La sémiologie, comme la charte graphique et la charte éditoriale, est un document qui vous servira de référence tout au long de la vie de votre site internet.

3. Une typographie adaptée

Comment se présente ma police d’écriture sur mon site internet ? Est-elle réellement adaptée à la lecture sur écran ? La question de la typo renvoie à la question de la lisibilité. Un défaut de lisibilité pourrait expliquer un taux de rebond élevé. 

Choisissez deux, voire trois polices d’écriture différentes. Par exemple, une police pour les titres (les fameuses balises Hn) et une police pour le contenu textuel. Adoptez, de préférence, des polices adaptées au web, comme les Google Font.

3- Les fonctionnalités techniques

D’après des études Médiamétrie, les 3/4 du temps internet se font sur les écrans mobiles. C’est encore plus vrai pour la catégorie des 15-34 ans qui, sur 3h05 de temps internet par jour, passent 2h24 sur leur smartphone.

La question du taux de rebond peut être liée à la capacité de votre site à être Mobile Friendly – et c’est sans équivoque le frein principal à votre progression sur internet. Posez-vous donc ces différentes questions :

1. Un site Mobile Friendly

Vérifiez la taille de votre contenu, les images, tout ce qui fait le corps éditorial. Votre menu est-il bien proportionné par rapport à l’écran ? Vérifiez vos « effets de style » : certains effets, pourtant sympathiques sur ordinateur, ne s’adaptent pas spécialement à l’écran du smartphone.

2. Une navigation intuitive

Une navigation sans accroc est cruciale, sur écran d’ordinateur et encore plus sur les écrans de téléphone. Analysez tout ce qui pourrait empêcher une navigation fluide :

  • Boutons – call to action – hyper présents ou inexistants ;
  • Liens sensibles ou pas facilement cliquables ;
  • Menus déroulants correctement positionnés ;
  • Header ou un footer trop larges ou trop fins.

3. Un chargement rapide

« Patience est mère de vertu » n’est certainement pas l’adage qui s’applique au monde du web. Si le temps de chargement de votre site dépasse les 5 secondes, il faut mettre en place un plan en action. Vous devez essayer de comprendre d’où vient le manque de rapidité.

Taux de rebond élevé : est-ce toujours mauvais signe ?

Non ! Dans certains cas, un taux de rebond élevé peut-être interprété positivement.

En effet, le simple fait que les utilisateurs trouvent rapidement l’information recherchée et quittent ensuite votre site peut causer un taux de rebond élevé.

Premier exemple : inadéquation entre Google My Business et un site optimisé

Un utilisateur qui cherche les heures d’ouverture d’un nouveau salon de coiffure.

Ce salon n’a malheureusement pas encore optimisé correctement sa fiche Google My Business. L’internaute ira donc sur le site du salon pour rechercher une information bien précise. Le site, contrairement à la fiche Google My Business, est très bien optimisé.

L’utilisateur arrive donc directement sur la page indiquant les heures d’ouverture et repart d’aussi tôt. Sa visite est comptabilisée comme un taux de rebond élevé alors que l’utilisateur a rapidement trouvé l’information recherchée. 

Deuxième exemple : un média qui publie du contenu régulier sur son blog

Un utilisateur fidèle peut tout à fait visiter un média dans l’unique but de vérifier si un nouvel article est en ligne. Il constate que ce dernier n’a pas encore été publié et repart dans la minute. À nouveau, l’utilisateur a obtenu en un temps record l’information recherchée.

Pas de chance, sa visite sera pourtant considérée comme un rebond alors qu’il était juste impatient de découvrir le dernier article.

Un taux de rebond à analyser en fonction du comportement de l’utilisateur

Le taux de rebond n’est pas toujours un indicateur pertinent. En effet, il ne permet pas, à lui seul, d’analyser précisément le comportement des utilisateurs sur votre site.

Cet indicateur ne distingue pas les utilisateurs qui passent une minute à lire votre contenu de ceux qui ont à peine lu le titre.

Si vous souhaitez analyser en profondeur le comportement de vos utilisateurs, nous vous conseillons dès lors d’analyser d’autres éléments tels que le temps moyen passé sur la page.

Analyse d’un taux de rebond élevé, en bref

Beaucoup de points peuvent expliquer un taux de rebond élevé. Ça va du temps de chargement à un stratégie inbound marketing pas assez huilée. Les ajustements peuvent être minimes ou, au contraire, engendrer un grand chantier.

Gardez à l’œil les trois prismes d’analyse (rédactionnel, esthétique, technique) : vous pourrez vous faire une idée de la bonne santé de votre site internet.

Gardez aussi en tête qu’un taux de rebond peut être expliqué de manière positive en analysant le parcours et les besoins du visiteur du site.

Vous avez besoin d’un avis d’expert sur les performances de votre site internet ? N’hésitez pas à nous demander l’audit de votre site !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos articles chaque mois, comme près de 7000 curieux.

Stratégie de Contenu Web, la revanche de l’éditorial

Paru en 2010 et réédité en 2014, l’ouvrage « La stratégie de contenu Web – la revanche de l’éditorial » est disponible au format e-book. Devenez un pro en content marketing : achetez votre exemplaire !

Études de cas

Retrouvez nos études de cas. Alimentation, banque et assurance, services, logiciel, tourisme, e-commerce, tous les secteurs nous sollictent.

Un conseil, du contenu, un devis? On vous rappelle!

En complétant ce formulaire, vous acceptez de recevoir des informations relatives aux services proposés par Wearethewords. Vous pourrez bien sûr vous désabonner à tout moment.

Écrire pour le web

Notre blog Écrire pour le Web couvre depuis 2006 tous les sujets liés aux contenus et canaux Web! Près de 30.000 sessions par mois.

Formations Wearethewords

Sollicitez nos prestations en assistance éditoriale, pour un ROI immédiat. Découvrez notre offre de formations généralistes ou sur mesure.