Comportement de lecture : ce qu’on lit, ce qu’on ne lit pas sur une page web

Comportement de lecture : ce qu’on lit, ce qu’on ne lit pas sur une page web

Que lit-on, que ne lit-on pas sur une page web ? Adaptez vos contenus au comportement de lecture de vos utilisateurs.

Les gens ne lisent pas, ne lisent plus, surtout en ligne. Faut-il le regretter, en faire une source de frustration ? En conception de contenu web, en ingénierie éditoriale pour le digital, mieux vaut faire preuve et œuvre de pragmatisme : étudier et suivre de près les modèles de comportement de lecture pour savoir où placer les informations importantes et pertinentes, exactement là où se porte l’attention de plus en plus sélective des utilisateurs.

Le pourquoi du comment

Contenu web et comportement de lecture, une question de pragmatisme

Avant d’entrer dans le détail des modèles oculométriques, gardons à l’esprit que l’utilisateur n’a que faire de nous lire. Ce qu’il veut, c’est résoudre son problème. Autrement dit, notre contenu, en tant que tel, n’est pas sa priorité. Notre objectif est donc parfaitement utilitariste, assumons-le, inféodé au dictat de l’économie de l’attention. Qu’à cela ne tienne. Tirons-en les bons enseignements, à la croisée de nos objectifs marketing et de l’expérience éditoriale.

en parallèle
Qu’est-ce à dire

4 modèles de comportement de lecture et leurs enseignements

Modèle 1

La lecture balai

F Pattern

En matière de suivi du comportement de lecture visuelle sur le web, la référence, encore aujourd’hui, est le F-pattern ou structure en F, décrit pour pour la première fois en 2006 dans la fameuse étude menée par Nielsen Norman.

Que nous dit ce modèle ? D’abord, que l’utilisateur est rapide (F pour Fast) pour scanner du contenu sur écran. Ensuite, qu’il parcourt, balaye, les différents éléments d’information en suivant un mouvement proche du tracé de la lettre F. L’utilisateur commence par le coin supérieur gauche, balaye horizontalement, puis descend jusqu’à la ligne suivante et fait de même jusqu’à ce qu’il trouve quelque chose d’intéressant. En d’autres termes, il se concentre avant tout sur les premières lignes des textes, les premiers mots des phases. La majorité du texte, il l’ignore, tout simplement.

Quel enseignement tirer du comportement de lecture balai ? Retenons ceci : un texte web est un texte qu’on ne lit pas, mais qu’on scanne, qui doit donc être conçu comme un objet, le fameux texte-objet, incorporé et encorporé aux contraintes de l’écran. D’où l’importance d’adapter nos contenus en misant sur ces 3 piliers :

01
saillance des contenus formatés, aérés, organisés, tout en relief, multipliant les points d'accroche
02
concision des contenus droit au but, au plus bref, au plus vif de leur sujet, sans superflu
03
clarté des contenus directement compréhensibles, facile à assimilier et à mémoriser
Modèle 2

La lecture repère

Spotted Pattern

Un autre comportement de lecture fréquent consiste à se concentrer uniquement sur des éléments saillants spécifiques qui sont répartis dans la mise en page, qui semblent a priori plus dignes d’attention que les autres.

Que nous dit ce modèle ? Que l’utilisateur cherche d’emblée des points de force dans le contenu. Qu’il ne va pas nécessairement commencer par le début, comme dans le F-Pattern, mais au contraire, aller tout de suite sur ce qui est le plus notable et révélateur. Ses attentes sont donc aussi plus précises, plus élevées.

Quel enseignement tirer de ce comportement de lecture repère ? Retenons ceci : un contenu web n’est pas un contenu monobloc, de pure architecture verticale, il se balise aussi en jalons, en signes, en points où fixer son attention. D’où l’importance d’adapter nos contenus en misant sur ces 3 piliers :

01
priorisation des contenus utiles et rien d’autre, pour répondre aux objectifs de la page
02
conversation des contenus qui s’adressent à leur cible, francs et directs, engageants et mobilisateurs
03
design des contenus endimanchés, mis en exergue avec audace, en rupture visuelle
Modèle 3

La lecture multicouche

Layer-Cake Pattern

La métaphore est assez parlante. Imaginez un gâteau à étages. Dans ce modèle, le comportement de lecture de l’utilisateur procède graduellement, couche après couche : le glaçage, la génoise, la crème, le chocolat, la base de biscuit. Bref, vous voyez l’idée.

Que nous dit ce modèle ? Que l’utilisateur y va plutôt prudemment avant d’aller dans le dur du contenu. Il veut avoir une vue d’ensemble de la page qu’il consulte et, pour chaque unité d’information, avoir un aperçu de ce qui est discuté dans les lignes suivantes. Comme pour le gâteau, si la première couche lui plait, alors il attaque la couche suivante, et commence à lire tout le paragraphe.

Quel enseignement tirer de ce comportement de lecture multicouche ? Retenons ceci : un contenu web, ça s’échelonne éditorialement, ça se défeuille, ça gagne en profondeur, en différentes strates, successives, de lecture et d’appropriation des messages. D’où l’importance d’adapter nos contenus en misant sur ces 3 piliers :

01
pyramide inversée des contenus formulés en pitch, qui condensent d’emblée l’essentiel
02
échelonnage des contenus granularisés, qui entrent dans les détails de manière progressive
03
titrage des contenus avec des titres et intertitres significatifs, qui renseignent sur ce qui suit
Modèle 3

La lecture linéaire

Committment Pattern

Des utilisateurs motivés ou très intéressés, il en existe encore quelques uns. Qui vont lire lettre à lettre, mot à mot, phrase après phrases. Prêts à faire mentir tous les chiffres en berne des taux de rebond et temps par page.

Que nous dit ce modèle ? Que l’utilisateur peut encore consentir des efforts de lecture importants si le contenu est particulièrement intéressant, singulier, passionnant, remarquable. Qu’il peut donner de son temps si le jeu en vaut la chandelle, si la légitimé est forte, s’il perçoit une utilité directement actionnable.

Quel enseignement tirer de ce comportement de lecture linéaire ? Retenons ceci : la valeur lecture n’est pas morte et elle nous oblige à la plus haute exigence, et oui, les écrivains comptent toujours – plus que les mots, plus que les interfaces, plus que les robots. D’où l’importance d’adapter nos contenus en misant sur ces 3 piliers :

01
expertise des contenus légitimes, fondés, opportuns, à votre image, qui sont votre coeur de métier
02
sagacité des contenus perspicaces, singuliers, qui vous positionnent comme leaders d'opinion
03
validité des contenus valides et validés, sourcés, à jour et corrects, vérifiables et transparents
Pour conclure

Ce qu'il fallait démontrer

Qu’à chaque comportement de lecture, correspondent et s’appliquent des dispositifs éditoriaux bien précis. Qu’on ne se lance pas dans la conception-rédaction de contenu web à l’aveugle, sans tenir compte des habitus numériques. Enfin, que le texte-objet digital n’a pas dit son dernier mot, malgré les raccourcis, les resserrements. Au contraire, qu’il a tout à gagner de ce travail d’orfèvre, qui consiste à ciseler et tailler dans le dur.

aller plus loin
Table des matières

Comportement de lecture : ce qu’on lit, ce qu’on ne lit pas sur une page web

2 Commentaires

Laisser un commentaire :

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Nous cheminons, vous cheminez

Chaque mois, embarquez notre journal, comme plus de 7500 curieux.

    En soumettant le formulaire, vous acceptez de recevoir par e-mail nos informations. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus sur le traitement de vos données personnelles, consultez notre politique de confidentialité.

    Un projet, une question ?

    On vous recontacte avec plaisir.

      Newsletter

      Formez-vous

      Il reste encore quelques places, inscrivez-vous

      Contactez-nous

      C'est à quel sujet ?

      Une question, un conseil ponctuel, besoin d’un chiffrage, en quête d’un partenariat au long cours en marketing inbound et contenu ? Parlez-nous de votre projet, sans engagement.

        Newsletter