Comment l’écrit Web a hérité des techniques de rédaction?

Par Muriel Vandermeulen le 29/04/2014 dans Réflexions
0
0

Les techniques de rédaction permettent de construire un texte qui fait sens. Quelles méthodes le rédacteur Web peut-il reprendre à son compte?

Techniques de rédaction journalistique, techniques de rédaction administrative, de rédaction de rapport, de rédaction d’un discours… Les méthodes de rédaction sont légion. Elles sont, de fait, aussi variées que les métiers et environnements dans lesquels elles s’inscrivent.

Quelles techniques de rédaction s’appliquent-elles au Web?

Quand on parle de rédaction, au sens de l’écriture, de l’action de rédiger un texte, on désigne l’ensemble des outils de langage qui permettent de construire un texte qui produit du sens.

Il s’agit donc d’agencer nos contenus de manière à répondre aux règles grammaticales, syntaxiques et sémantiques de la langue. Mais aussi à maximiser la compréhension de notre communication écrite, dans la forme et le fond.

Deux musts: la pyramide inversée et la méthodes des 5 w

Rédiger selon la règle de la pyramide inversée consiste à traiter le sujet du plus pertinent et universel au plus généraliste et secondaire. Il s’agit de commencer le propos par les concepts les plus importants.

Autrement dit, il faut attaquer le sujet par la conclusion. D’où l’idée de la pyramide inversée. Ensuite, viennent les développements, un à un, en suivant le déroulé logique de l’entrée en matière. On termine par les détails, les éléments plus spécifiques.

On applique cette méthode entre autres pour maximiser l’information clé au-dessus de la ligne de flottaison sur la lecture.

Pyramide Inverséé

La méthode des 5 W, chère au journalisme, est aussi pratiquée dans la rédaction de rapports, par exemple en gestion de projet. Elle a 2 atouts:

  1. Elle aide à structurer un exposé en un minimum de questions et de suivre le schéma logique de l’esprit humain lorsqu’il appréhende une information.
  2. Elle permet de hiérarchiser le récit selon l’importance qu’accorde le lecteur aux différents niveaux d’information. En B2B, on préférera souvent dire qui a fait quoi en premier, tandis qu’en B2C, on aura tendance à traiter la quoibilité avant toute chose.

 

Les techniques d’écriture ou le bon sens formalisé

Au final, ces techniques de rédaction formalisent des bonnes pratiques et principes évidents: lisibilité, plan d’exposé, priorisation des éléments, rédiger pour le lecteur, …

L’utilité de ces méthodes d’écriture devient évidente lorsqu’on les considère comme de véritables outils d’aide à la transmission et la communication. Tout rédacteur peut y puiser le ou les trucs et astuces pour mieux construire ses textes et s’assurer de répondre le plus parfaitement possible à son objectif initial: informer, éduquer, divertir, convertir, …

Les techniques de rédaction: une garantie d’efficacité

Sachant que la plupart des contributeurs aujourd’hui n’ont pas été formés à la communication et la rédaction, ces techniques de rédaction sont largement méconnues ou négligées par la plupart des rédacteurs. Or elles s’avèrent essentielles à une bonne transmission de l’information vers les publics visés.

Autrement dit, toute organisation qui confie à certains de ses collaborateurs la charge de contribuer au site Internet, à la newsletter et même à l’intranet ou au blog de l’entreprise gagne à procurer à ces rédacteurs une formation à l’écriture Web qui intègre ces bonnes pratiques rédactionnelles.

À propos de l'auteur

Muriel VandermeulenVoir tous les posts par Muriel Vandermeulen
Directrice associée de l'agence Wearethewords, spécialisée dans le contenu. le marketing. la performance.

0 Commentaire

Ajouter un commentaire

Laisser une réponse

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>