design ethique

Le design peut influencer votre action. Tout comme un contenu peut manipuler votre opinion. Et si on ajoutait plus d’éthique dans nos designs ? Par respect pour nos utilisateurs, tout simplement.

Un peu plus d’éthique dans le numérique, c’est simplement voir l’humain derrière le consommateur. Un consommateur bousculé entre des techniques d’influence qui le manipulent et des informations croissantes sur ces stratagèmes des marketers.

GAFAM versus RGPD : la réponse du législatif

Premier scandale éthique du monde numérique : le vol de nos données ça existe. Scandale : Cambridge Analytica a collecté les données de millions d’utilisateurs de Facebook.

Facebook a enfin admis, il y a à peine un an, recueillir des données sur nos profils. Mais il n’y a pas que Facebook qui en sait beaucoup sur nous. Les publicités ciblées viennent de vos informations collectées et comportements adoptés sur Google, Amazon, etc…

Sommes-nous sauvés par le législateur européen avec le RGPD ? Arrivé, en mai 2018, Le Règlement général sur la protection des données préconise de recueillir le consentement des internautes pour la récolte de leurs données. Le RGPD c’est bien beau, mais les données recueillies avant le consentement, elles, n’ont pas disparu.

Le design, loin d’être innocent

Nos données sont volées et nos comportements sont manipulés. Voilà la nouvelle qui va plomber votre journée.

Manipulé, moi ? Jamais ! Et pourtant, vous l’êtes. Ce fameux design de l’attention, ou design persuasif vous pousse à l’action ou à la réaction. Que celui qui n’a jamais cliqué sur un « clic ici » lève le doigt ! Et n’avez-vous jamais rempli votre panier sur un e-commerce suite à un bouton « promo exceptionnelle du jour rien que pour vous maintenant » ?

Car les designers, poussés par l’industrie, savent comment vous fonctionnez. Ils utilisent des astuces algorithmiques pour capter votre attention, aspirer vos données et vous faire bouger. Avec un soupçon de psychologie industrielle et de techniques de marketing, vous allez craquer ou cliquer.

Un peu d’éthique dans ce monde là s’imposait. Encore faut-il faire accepter dans son entreprise ou à son client, que sens du business et sens moral peuvent aller de pair.

Quand les designers s’associent en faveur de l’éthique

Face à certaines dérives, les designers éthiques sont nés. Une association qui vous veut du bien. Leur objectif, tout comme celui de leurs colloques, « Ethics by design« , tient à ceci : permettre de comprendre les enjeux de la conception numérique responsable.

Qu’entendent-ils par conception « responsable » ? Principalement une prise en compte, à chaque phase d’un projet, des aspects

  • environnementaux
  • sociaux
  • équitables
  • d’accessibilité
  • humains

Car l’éthique englobe tous ces aspects. Dans une optique d’ attention responsable, le collectif a même créé une méthodologie pour évaluer les fonctionnalités addictives d’un service numérique. Car oui, l’addiction peut vous gâcher des heures de vie.

L’humain au centre des préoccupations plutôt que le côté consommateur ? C’est cela la priorité du design éthique. Un humain, un consommateur qui a aussi un sens… critique.

Qui tique sur le manque d’éthique ?

Le consommateur connait son pouvoir d’action. Il boycotte les marques dont les valeurs et l’éthique ne lui correspondent pas. A bas les menteurs, les imposteurs, les irrespectueux de l’environnement et les exploiteurs des ressources humaines.

De plus en plus de consommateurs demandent aux acteurs du numérique de rendre des comptes. Que ce soit au niveau de leur :

  • consommation d’énergie
  • utilisation des matières premières
  • modèle de consommation (concevoir du durable, moins jeter, réparer, recycler, …)
  • valeur morale (moins de manipulations, plus de transparence, du commerce équitable…).

Ethique, sobriété et priorités

Impossible de parler éthique sans évoquer l’environnement et la sobriété. Certes le numérique aurait un impact positif sur la planète (moins de déplacement puisqu’on se réunit par skype). Cependant, combien de smartphones sont produits (et détruits) chaque année pour nous permettre d’utiliser cette technologie ?

Greenpeace demande aux industriels et aux Gafam de faire des efforts pour un green internet. Un projet comme le shift project nous exhorte à la sobriété numérique. Allons-y. La sobriété, le design éthique seraient au développement de nos interfaces ce qu’est l’ajout de sens à nos contenus.

Et si, comme le soulignait Ellie Sloïm, lors de notre colloque Kontinüum, nous veillions simplement à établir une relation de confiance avec notre cible et à répondre à un besoin ? N’est ce pas là la vraie éthique et le vrai sens de nos métiers ?

On n’écrit pas pour le Web: on écrit pour des utilisateurs. Consultez-nous pour la rédaction de contenus utiles et ciblés. Savez-vous qu’allier qualité et quantité, c’est possible? Suivez notre webinaire « Comment produire des contenus de qualité en grande quantité ?« 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos articles chaque mois, comme près de 7000 curieux.

Stratégie de Contenu Web, la revanche de l’éditorial

Paru en 2010 et réédité en 2014, l’ouvrage « La stratégie de contenu Web – la revanche de l’éditorial » est disponible au format e-book. Devenez un pro en content marketing : achetez votre exemplaire !

Études de cas

Retrouvez nos études de cas. Alimentation, banque et assurance, services, logiciel, tourisme, e-commerce, tous les secteurs nous sollictent.

Un conseil, du contenu, un devis? On vous rappelle!

En complétant ce formulaire, vous acceptez de recevoir des informations relatives aux services proposés par Wearethewords. Vous pourrez bien sûr vous désabonner à tout moment.

Écrire pour le web

Notre blog Écrire pour le Web couvre depuis 2006 tous les sujets liés aux contenus et canaux Web! Près de 30.000 sessions par mois.

Formations Wearethewords

Sollicitez nos prestations en assistance éditoriale, pour un ROI immédiat. Découvrez notre offre de formations généralistes ou sur mesure.