Des contenus chauds qui ne font pas de bons contenus froids

Et si nous nous passions des actualités pour seuls contenus chauds publié sur notre site Internet ? Les actualités n’apprennent à nos visiteurs que ce qu’ils ne savent pas. Et souvent, cela ne les concernent pas (encore)…

Mais qu’entend-on par contenus chauds ?

Les contenus chauds font référence à des communications qui se rapportent à des faits du moment. On parle de nouvelles ou d’informations sur des faits très récents ou à venir prochainement. Les marronniers, par exemple, sont souvent traités comme des contenus chauds.

Bref les contenus chauds, ce sont des contenus plus ponctuels. Ils correspondent le plus souvent à des événements, une actualité, une news. Les entreprises ont recours à ce type de contenu pour faire « vivre » leur site, comme s’il fallait tenir vos lecteurs en haleine… et Google en éveil. Lisez notre article Du bon usage des contenus chauds et contenus froids pour aller plus loin. 

Et les contenus froids étaient-ils d’abord des contenus chauds ?

Certains contenus chauds peuvent se consommer froid et fournir une vraie nourriture. Mais pas s’ils se contentent d’annoncer un événement, une récompense, un déménagement. Car les contenus froids, ce sont des contenus opportunistes ou contenus services. Dossiers,  reportagesconseils d’utilisation, comptes-rendus, … Ces  contenus éditoriaux sont généralement basés sur de l’information pérenne. Ils demandent peu de mises à jour et sont valables dans le long terme. Ils sont présents sur tous les sites thématiques.

Contenus chauds ou pétards mouillés ?

Dans le dispositif Blog ou Actualités de notre site, on croit devoir apporter du nouveau à nos visiteurs. Ce n’est pas tout à fait faux. Mais nouveauté ne veut pas dire nouvelle, actualité.

Ce qui importe surtout dans notre stratégie d’animation, c’est de rappeler à nos cibles ce qu’elles savent déjà, en fait : de façon plus ou moins consciente. Quel est leur besoin ? Quelle problématique essaient-elles de résoudre ?

En d’autres mots, publier régulièrement du contenu (lire : produire des contenus chauds) suppose qu’on produise des contenus services, qui sont vraiment utiles à nos cibles. Qu’on aborde des thèmes auxquels ils ont déjà réfléchi par le passé. Lors d’une précédente visite sur notre site Internet ou celui d’un concurrent, alors qu’ils cherchaient une solution à un problème, une réponse à une question.

La rubrique Actualité n’a aucune mémoire, et grève notre budget crawl.

Or ce qu’ils ne savent pas encore de nous, de nos actualités, ils l’oublieront de sitôt: notre présence à tel salon, le recrutement d’un nouveau responsable de pôle… Ils l’oublieront parce qu’ils devront faire de la place dans leur esprit pour apprendre de nouvelles autres choses. Des données vraiment utiles, opportunes.

Les actualités, une rubrique sans qualité

La rubrique Actualités de notre site n’a aucune mémoire. Idem si on utilise le dispositif “Blog” pour publier des “nouvelles”. Une actualité chasse la précédente, un événement est rendu obsolète dès qu’il échoit et que s’annonce un autre. Et tout cela enfle le contenu du site, et grève notre budget crawl

Ainsi, quand un visiteur s’interroge sur notre proposition de valeur, sur notre offre, sur notre capacité à répondre à ses besoins, nos actualités ont peu d’importance. Ils n’attendent pas de savoir vers quelle nouvelle adresse nous allons encore déménager, ni quelle nouvelle alliance nous nous réjouissons de signer, …

Nos cibles cherchent une information durable, dure, stable, consistante. Elles veulent connaître les fondements, la base, l’essentiel : ce que nous faisons pour eux, et comment nous le faisons. Comment nous adaptons notre offre à la réalité de terrain, aux besoins des gens, aux conditions du marché et aux aléas du monde.

Petits contenus pleins de vertus

Donc, la première vraie question n’est pas le quoi, mais le comment, ou le pourquoi. Comment conçoit-on nos vêtements, pourquoi notre logiciel n’est-il pas disponible à l’essai gratuit ? Comment les clients peuvent-ils s’approprier notre solution de façon autonome ? Autant de questions fondamentales qui projettent notre visiteur dans l’expérience de notre produit ou service.

Si on veut communiquer sur ces aspects dans une rubrique plus « chaude », utilisons d’autres types de contenus courts que l’actualité. Préférons-lui :

  • l’anecdote : fait référence à un détail surprenant, une petite histoire, une particularité. Ce type de propos peut se raconter avec malice et se retient aisément. Car en général, l’anecdote fait appel aux sentiments : humour, surprise, admiration, etc.
  • le repère : comme son nom l’indique, fournit une mesure entre soi et les autres (clients, entreprises). Les chiffres et statistiques jouent un rôle important dans le processus décisionnel de nos cibles.
  • le verbatim : rend compte fidèlement des propos d’un client, expert, vendeur. Idéal pour documenter la réflexion de nos lecteurs.

C’est étonnant comment, lorsqu’on cherche à répondre aux questions fondamentales, le bruit des petites nouvelles et actualités se tait pour de bon. De traiter de ces problèmes de fond et de donner réponse, multiple et variée, détaillée et spécifique, à de vraies interrogations, suffit à estomper le besoin de monologuer sur soi-même.

Je parle des formats, types et calibres des contenus dans mon webinaire sur le calendrier des contenus. Vous l’avez déjà suivi ?




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez nos articles chaque mois, comme près de 7000 curieux.

Stratégie de Contenu Web, la revanche de l’éditorial

Paru en 2010 et réédité en 2014, l’ouvrage « La stratégie de contenu Web – la revanche de l’éditorial » est disponible au format e-book. Devenez un pro en content marketing : achetez votre exemplaire !

Études de cas

Retrouvez nos études de cas. Alimentation, banque et assurance, services, logiciel, tourisme, e-commerce, tous les secteurs nous sollictent.

Un conseil, du contenu, un devis? On vous rappelle!

En complétant ce formulaire, vous acceptez de recevoir des informations relatives aux services proposés par Wearethewords. Vous pourrez bien sûr vous désabonner à tout moment.

Écrire pour le web

Notre blog Écrire pour le Web couvre depuis 2006 tous les sujets liés aux contenus et canaux Web! Près de 30.000 sessions par mois.

Formations Wearethewords

Sollicitez nos prestations en assistance éditoriale, pour un ROI immédiat. Découvrez notre offre de formations généralistes ou sur mesure.